ALF-DQ politique international

la vrai démocratie
 
PortailPortail  GalerieGalerie  AccueilAccueil  FAQFAQ  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 (d)LE QUÉBEC MODERNE (1929-1989)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alf
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 39
Age : 49
Localiter : Dans le fond du bois
emploie : Constructeur
loisir : construire
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: (d)LE QUÉBEC MODERNE (1929-1989)   Jeu 29 Juil 2010, 6:59 pm

LE QUÉBEC MODERNE (1929-1989)

[Le 24 octobre 1929] Krach du "jeudi noir". La bourse de New-York s`effondre,
chômage et misère gagnent tout l`Occident. Au Québec, le chômage passera
de 7,7 % (1929) à 26,4 % (1932).

[1932] J.A. Bombardier et E. Fontaine construisent la première motoneige à
hélice. Québec s`oppose à la canalisation du St-Laurent qui risque de
réduire l`importance du port de Montréal.

[1933] La commission d`assurances sociales du Québec, présidée par
l`économiste Édouard Montpetit, recommande diverses solutions comme
l`adoption, les orphelinats, l`allocation aux mères nécessiteuses, la
pension de vieillesse, assurance-chômage et l`assurance-maladie-invalidité.
Ce rapport marque une date capitale, car plusieurs lois subséquentes s`en
inspireront.

[1935] À cause de la crise, le gouvernement Taschereau adopte la loi pour
promouvoir la colonisation et le retour à la terre. Fondation de l`Union
Nationale (U.N.) par Maurice Duplessis. MacKenzie King redevient Premier
Ministre du Canada.

[1936] Une enquête publique révèle la corruption du régime Taschereau.
Quand Duplessis, prend le pouvoir le 17 août, la population y voit une
libération.

[1939] Aux élections, Adélard Godbout, chef du parti libéral, défait
Duplessis et devient Premier Ministre. (1er septembre) la Seconde Guerre
Mondiale éclate. (10 septembre) Le Canada declare la guerre à l'Allemagne.
Le Premier Ministre canadien a promis au Québec d`éviter la conscription.

[1940] La presse anglophone, le Parti Conservateur et certains libéraux,
réclament la conscription. (27 avril) Pour se libérer de ses engagements
envers le Québec, MacKenzie King organise un pébliscite dans tout le Canada.
Résultats: le Québec refuse la conscription à 71,32% ; les 8 provinces
anglophones l`acceptent à 80%. (23 juillet) le Parlement fédéral l`adopte.
Invoquant l`effort de guerre, Ottawa impose les accords fiscaux au gouvernement
libéral Godbout: par ceux-ci, Québec doit renoncer provisoirement au profit
d`Ottawa à prélever un impôt sur le revenu des particuliers et des corporations
en échange d`une subvention annuelle.

[18 août 1943] Conférence Churchill-Roosevelt à la Citadelle de Québec.

[1944] Adoption de la loi établissant Hydro-Québec. Aux élections le Parti
Libéral du Québec de Godbout est défait, l`Union National de Duplessis
reprend le pouvoir.

[1945] Duplessis refuse de renouveler les accords fiscaux avec Ottawa et
reprend le droit de taxer le revenu des personnes et des corporations,
les successions et l`essence. Ottawa refusant de se retirer de ce domaine
de compétence provinciale, il y aura double imposition.

[1948] L`Assemblée législative adopte le "fleurdelisé" comme drapeau officiel
du Québec.

[1949] Grève des 5 000 mineurs d`Asbestos; le gouvernement Duplessis riposte
par la répression policière.

[1954] Québec établit l`impôt provincial sur le revenu des particuliers et
contraint le fédéral à diminuer de 10% sa propre taxation. Décision capitale
qui fournira désormais des revenus importants au gouvernement québécois.

[17 mars 1955] La suspension du hockeyeur Maurice Richard entraîne une violente
émeute. Les manifestants s'en prennent au président de la ligue nationale
de hockey, Clarence Campbell.

[7 septembre 1959] Duplessis meurt à Schefferville, Paul Sauvé lui succède,
mais lui-même mourra le 2 janvier 1960. Antonio Barette prend la relève.
(1er jullet) Inauguration par la reine Élisabeth II de la voie maritime du
St-Laurent, qui diminue considérablement l`utilité et l`importance du port
de Montréal.

[22 juin 1960] Le Parti Libéral du Québec dirigé par Jean Lesage prend le
pouvoir. C`est le début de la Révolution Tranquille, une période de profonds
changements sociaux et politiques et le début d`une intense activité
culturelle et artisitique. Hydro-Québec se voit confier les droits
d`aménagements et d`exploitation de toutes ressources hydrauliques non
concédées. (10 septembre) Marcel Chaput et André d`Allemagne fondent le
Rassemblement pour l`indépendace nationale (R.I.N.).

[1 janvier 1961] Entrée en vigeur du régime d'assurance-hospitalisation
du Québec. Claire Kirkland-Casgrain devient la première députée québécoise.

[1962] Le Parti Libéral du Québec est reporté au pouvoir sous le thème
de la nationalisation de l`électricité, avec le slogan "Maîtres chez nous".
René Lévesque exerce une grande influence sur le parti.

[1963] Hydro-Québec acquiert 10 sociétés d`électricité privées au coût
de 604 millions de dollars. Premières flambées de violence du Front de
Libération du Québec (FLQ). Destruction des monuments de Wolfe (29 mars)
et de la reine Victoria (12 juillet) à Québec. Le RIN devient parti
politique. Ottawa crée la commission Laurendeau-Dunton sur le bilinguisme
et le biculturalisme.

[30 mai 1964] Pierre Bourgault devient président du RIN.
(10 octobre) "samedi de la matraque" à Québec à l`occasion de la visite de
la Reine Élisabeth II. Répression brutale exercée contre une foule sans armes,
les force policières procèdent à 34 arrestations.

[1965] Création de la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec, qui deviendra
un puissant outil économique. Le gouvernement du Québec signe à Paris ses
premières ententes internationales. La Commission Laurendeau-Dunton constate
que la Confédération arrive à un tournant décisif. Pierre Elliott Trudeau,
Jean Marchand et Gérard Pelletier deviennent députés du Parti Libéral du
Canada à Ottawa. Daniel Johnson (père) chef de l`Union Nationale et de
l`opposition, publie son manifeste "Égalité ou Indépendance". Gilles
Vigneault chante pour la première fois "Mon Pays".

[1966] La Commission Royal d`enquête sur la fiscalité propose un partage
plus favorable au Québec des taxes prélevées par les gouvernements de Québec
et d`Ottawa. L`Union Nationale dirigée par Daniel Johnson (père), prend le pouvoir.

[28 avril 1967] Ouverture de l`exposition universelle de Montréal.
(24 juillet) Charles De Gaules, président de la République française, lance
son fameux "Vive le Québec libre!" du balcon de l`Hôtel de ville de Montréal.
René Lévesque propose au Parti Libéral du Québec une indépendance assortie
d`une étroite association avec le reste du Canada. Devant le refus des
libéraux d`en discuter, il quitte le parti et fonde le Mouvement
Souveraineté-Association. La commission Laurendeau-Dunton recommande des
réformes pour avantager la langue française au Canada

[1968] Trudeau devient chef du Parti Libéral du Canada, (25 juin) Il est
élu premier ministre du Canada. (24 juin) Le défilé de la Saint-Jean-Baptiste à
Montréal tourne à l'émeute; 300 personnes seront arrêtées. Adoption de la loi
Fédérale des Langues officielles, visant une certaine forme de bilinguisme au
Canada. (25 septembre) inauguration du barrage de Manic 5 par Daniel Johnson
(père), Jean Lesage et René Lévesque. Johnson meurt dans la nuit du 26.
Jean-Jacques Bertrand lui succède. (14 octobre) René Lévesque fonde le Parti
québécois. Le RIN, dirigé par Pierre Bourgault, se dissout en faveur du Parti
québécois.

[31 octobre 1969] 50 000 personnes manifestent devant le Parlement de Québec
contre le bill 63 et la politique linguistique du Québec.

[1970] Robert Bourassa succède à Lesage comme chef du Parti Libéral du Québec
et remporte les élections contre l`Union Nationale. Le Parti Québécois
arrive second quant au suffrage populaire.
(Crise d`octobre) Enlèvement par le FLQ de l`attaché commercial Britannique
James Richard Cross à Montréal et du ministre du Travail Pierre Laporte.
Le gouvernement Trudeau décrète la loi des mesures de guerre. Occupation
militaire. Suspension de certaines libertés civiles. Centaines d`arrestations
sans mandat. Assassinat de Pierre Laporte.

[1971] Échec de la conférence de Victoria: sous la pression de l`opinion
publique, Bourassa refuse le rapatriement de Londres de la constitution
canadienne s`il n`y a pas de partage de pouvoirs à l`avantage du Québec en
matières d`affaires sociales, ce que Trudeau refuse. Ottawa adopte la loi
sur le multiculturalisme canadien. Présenté par Trudeau comme un moyen de
favoriser les différentes cultures ethniques au Canada, cette loi est vue par
plusieurs comme une façon de banaliser la culture française du Québec;
de peuple fondateur, les Québécois deviennent une ethnie parmi d`autres.
(4 mars) La tempête du siècle laisse près de 50 cm de neige sur le Québec.
(4 mai) À Saint-Jean-Vainney, 37 personnes sont portées disparues
à la suite d'un glissement de terrain.

[10 avril 1972] Une vingtainde dirideant syndicaux du Québec sont mis
à l'amende pour outrage au tribunal et mis en prison parce qu'ils ont
refusé d'obéir à des injonctions lors de la grève générale des employés
de l'états.

[1973] Rapport de la commission Gendron sur la situation de la langue
française et sur les droits linguistiques; elle recommande que le français
devienne la langue commune des Québécois et qu`on francise le monde du
travail. La Gendarmerie royale du Canada vole par effraction à Montréal
la liste des membres du PQ. On apprendra en 1992 que ce vol faisait suite
à une demande du cabinet Trudeau. (Octobre) Nouvelle victoire du PLQ dirigé
par Bourassa.

[8 juillet 1974] Réélection de Trudeau et du Parti Libéral du Canada.
(31 juillet) la loi 22 proclame le français langue officiel du Québec.
Ambiguë et difficile d`application, jugée extrémiste par les uns et trop
timide par les autres, cette loi mécontente la majorité francophone et la minorité anglophone.

[1975] Accord entre Québec et les Cris et les Inuits au sujet des territoires
de la baie James. Cette convention leur reconnait des droits d`occupation et
d`usage d`une partie du territoire et prévoit le versement de compensations
financières.

[17 juillet 1976] Ouverture à Montréal des jeux de la XXIe Olympiade.
(15 novembre) Le PQ dirigé par René Lévesque prend le pouvoir. Bourassa est
défait dans son compté et démissionne comme chef du PLQ.

[1977] Adoption par le gouvernement Lévesque de la loi 101, qui va beaucoup
plus loin que la loi 22 dans l`affirmation de la primauté du français.
Regroupés dans l`Alliance Québec des anglophones contesteront la loi devant
les tribunaux. Adoption d`une loi sur le financement des partis politiques:
syndicats et compagnies ne pourront plus contribuer à la caisse électorale
des partis; ces derniers devront divulguer l`état de leurs revenus et de
leurs dépenses.

[1978] Profond mécontentement lorsque la Compagnie d`assurance Sun Life
annonce le déménagement de son siège social de Montréal à Toronto, prétextant
que la loi 101 nuits à ses opérations internes. Claude Ryan est élu chef du
Parti Libéral du Québec.

[1979] Joe Clark devient premier ministre du Canada.
(21 novembre) Trudeau annonce son retrait de la vie politique mais reviendra
à la tête de son parti dès le 18 décembre. (13 décembre) la Cour Suprême
du Canada déclare inconstitutionnelles les clauses de la loi 101 qui font
du français la seule langue de la législation et des tribunaux.
(Décembre) Battu en chambre, le gouvernement Clark doit démissionner après
seulement neuf mois de pouvoir.

[1980] Élections. Trudeau redevient premier ministre du Canada.
(Mai) Campagne référendaire. Le gouvernement Lévesque demande à la population
de lui accorder le mandat d`entreprendre avec Ottawa des négociations devant
mener à la souveraineté-association. Le camp du Non, dirigé par Ryan, reçoit
un vigoureux appui d`Ottawa et insiste sur les risques de la souveraineté;
les camps du Oui et du Non dépensent chacun 2,2 millions de dollars durant
la campagne, mais Ottawa enfreignant la loi référendaire, dépense 17 millions.
Trudeau promet un renouvellement du fédéralisme pour satisfaire les demandes
du Québec. "Votre non sera un oui pour le changement", déclare t'il le 14 mai
à l`arena Paul Sauvé. (20 mai) 40,4 % des électeurs votent Oui, 59, 6%
des électeurs votent Non. Les non-francophones votent massivement pour le
Non, alors que les francophones sont divisés en deux blocs presque égaux.

[13 avril 1981] Le PQ, dirigé par René Lévesque, est reporté au pouvoir avec
une forte majorité en promettant qu`il ne tiendra pas de référendum durant
son mandat. (Septembre) Trudeau veut rapatrier la Constitution du Canada,
loi fondamentale du pays. Celle-ci ayant été votée par le Parlement Britannique
en 1867, seul ce dernier peut la modifier. En la rapatriant, Ottawa pourra
la modifier. (4 Novembre) Négociations constitutionnelles entre Ottawa et les
provinces; Trudeau brise le front commun du Québec et de sept provinces qui
s`opposaient à ses vues. En pleine nuit et à l`insue de Lévesque, Chrétien
négocie avec les provinces anglophones dans la cuisine du Château Laurier et
se met d`accord avec elles sur le rapatriement de la constitution. Le Québec,
isolé, voit ses pouvoirs diminuer dans le domaine de la culture et de
l`éducation. Désormais Ottawa pourra modifier la constitution sans son accord.
La Cour suprême deviendra l`arbitre ultime. Le changement promis par Trudeau
en 1980 n`était pas celui qu`on attendait.

[17 avril 1982] Élisabeth II apporte la constitution rapatriée à Ottawa;
la nouvelle loi est promulguée en l`absence des représentants du gouvernement
du Québec, qui refuse de signer la nouvelle entente.

[1983] Poursuite de l`agitation sociale et des grèves illégales dans les
services publics, commencées en 1982. (Juin) Dans un effort pour endiguer la
crise budgétaire causée par la récession, Québec fait adopter des lois
spéciales qui remettent en question les conventions collectives des
fonctionnaires. Indignation des syndicats.

[8 mai 1984] Fusillade meutrière à l'Assemblée Nationale, 3 morts.
(2 février) Trudeau quitte la vie politique. John Turner lui succède.
[4 septembre] Lors des élections Brian Mulroney devient premier ministre du
Canada. Le Parti Conservateur obtient 211 sièges dont 58 au Québec, du jamais
vu. Mulroney se propose de ramener le Québec au sein de la Confédération.
Le Parti Québécois de Lévesque choisit le "Beau Risque" du fédéralisme de
Mulroney. Scission au sein du PQ et démissions de plusieurs ministres
vedettes, dont Jacques Parizeau.

[20 juin 1985] Lévesque quitte la politique. Pierre-Marc Johnson lui succède,
le 29 septembre; l`affirmation nationale remplace "Le Beau Risque".
(2 décembre) Le Parti Libéral du Québec, dirigé par Bourassa, prend le
pouvoir en promettant de stimuler l`économie et de faire plus de place à l`entreprise privée.

[1986] Début des négociations avec les USA sur le traité de libre-échange.
Le Québec se montre favorable au libre-échange, l`Ontario s`y oppose.

[30 avril 1987] Les premiers ministres des dix provinces et du Canada rédigent
un accord de principe sur les cinq conditions minimales posées par le Québec
pour signer la Constitution:
1) La reconnaissance du Québec comme société distincte
2) La garantie d`obtenir des pouvoirs accrus en immigration
3) La limitation du pouvoir de dépenser du gouvernement fédéral
4) La reconnaissance d`un droit de veto partiel du Québec sur certains
articles de la Constitution
5) La participation du Québec à la nomination de trois des neufs juges de
la Cour Suprême.
Cet accord devra être ratifié par chacune des législatures des provinces.
Date limite: 23 Juin 90.
(3 octobre) Le Canada et les États-Unis s`entendent sur un accord de libre-échange.
(17 octobre) Bourassa revient sur sa promesse de rétablir l`affichage bilingue.

[21 mars 1988] La Société Saint-Jean-Baptiste et le Mouvement National des
Québécois se lance dans une grande campagne pour la défense de la loi 101
qui culminera vers le 17 avril avec une manifestation de 25 000 personnes.
(21 novembre) aux élections fédérales, le Parti Conservateur, dirigé par
Brian Mulroney est reporté au pouvoir avec 170 sièges (63 au Québec).
(25 novembre) Un séisme de 6,8 à l'échelle de Richter secoue le sud du
Québec. L'épicentre se trouve à 35 km au sud de Chicoutimi.
(15 décembre) La Cour Suprême du Canada déclare illégal l`unilinguisme
français obligatoire dans l`affichage commercial et les raisons sociales.
Au cours des semaines qui suivent, profonds remous chez les francophones
sous l`action de la Société Saint-Jean-Baptiste, du Mouvement National des
Québécois et du Mouvement Québec Français.
(19 décembre) Poussé au pied du mur par la pression populaire, Bourassa a
recours à la clause nonobstant pour se soustraire au jugement de la Cour
Suprême et présente le projet de loi 178, qui confirme le français comme seule
langue d`affichage à l`extérieur des commerces, mais permet le bilinguisme
à l`intérieur. Le lendemain, trois de ses quatres ministres anglophones
démissionnent.

[12 mars 1989] À l`appel du Mouvement Québec Français, 60 000 personnes
manifestent à Montréal contre la loi 178 et pour le maintien de la loi 101.
(22 mars) Naissance au Québec de l`Equality Party, formé d`anglophones
mécontent de la loi 178 et qui désirent le libre choix linguistique.
(10 mai) Les Cris déposent devant la Cour fédéral du Canada une demande
pour arrêter les projets d`Hydro-Québec à la Baie James.
(6 septembre) À Brockville, des militants d`Alliance Ontario piétinent le
fleurdelisé devant la caméra pour protester contre les politiques
linguistiques du Québec. L`incident sera largement diffusé en mars 1990,
créant de vifs remous au Québec.
(25 septembre) Aux élections: le Parti Libéral du Québec obtient 92 sièges,
le Parti Québécois, 29 et le Equality Party, 4.
(6 décembre) Tuerie à l'École Polytechnique, un forcené abat froidement
14 étudiantes avant de rerourner l'arme contre lui..

_________________
Je reste dans une poubel appeler planet terre
Revenir en haut Aller en bas
http://alf-dq.darkbb.com
 
(d)LE QUÉBEC MODERNE (1929-1989)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cartes Postales Semie Moderne
» Force Navale en 1989 et 1990
» Barbie Happy Holidays 1989
» "La vie moderne" de Depardon
» l'avion de combat moderne le plus moche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALF-DQ politique international :: éducation :: Histoire du Québec-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit